Au fil de l’eau

Quand :
18 juin 2016 - 11:00 – 11 septembre 2016 - 19:00
Où :
Manoli, musée et jardin de sculptures
9 Rue du Suet
35780 La Richardais
France
Contact :
Musée Manoli
+33 (0)2 99 88 55 53
Au fil de l'eau @ Manoli, musée et jardin de sculptures | La Richardais | Bretagne | France
Œuvres de la collection du Frac Bretagne

Jean-Yves Brélivet, Jean Degottex, Marcel Dinahet, Gloria Friedmann, Ron Haselden, Olivier Leroi, Yvan Salomone

En écho à la célébration du 50e anniversaire du barrage de la Rance, l’exposition conçue à partir de la collection du Frac Bretagne s’attache à établir des passerelles avec le contexte naturel voisin du musée. Constituant une thématique essentielle de la collection, le paysage est ici mis en lumière sous l’angle singulier du panorama côtier, symbole d’infini, de voyage et de découverte.
La série de photographies réalisée par Ron Haselden témoigne de l’intérêt que porte l’artiste au paysage et à ses perpétuelles modulations. Parcourant le pays de Plouër-sur-Rance qu’il habite, l’artiste enregistre les variations de lumière, de végétation, de climat, qu’il compose en assemblages, suggérant le défilement du temps, à l’échelle de ses promenades. Postcards est une série en cours, initiée en 2008, que l’artiste partage par courriel avec de nombreux correspondants à travers le globe pour faire voyager ses cartes postales, comme il est d’usage.
Les Vague de Jean Degottex sont, elles, explicitement liées au rivage. La rapidité du trait, la dynamique du geste n’ont d’égal que la force et l’énergie insufflées par le milieu marin : marée, vent, nuage façonnent la grève que l’artiste arpente tout l’été 1954. Installé directement « sur le motif », il développe une maîtrise gestuelle, née de l’urgence de la transcription, qui s’apparente à l’art de la calligraphie et va orienter son travail vers une tendance à la simplification et la rigueur formelles.
C’est aussi la proximité avec le littoral qui nourrit la démarche de Marcel Dinahet. Ses vidéos naviguent entre profondeur et surface, où la ligne de flottaison devient la limite entre deux univers. La série Brûler ses vaisseaux, faisant référence tant à l’histoire contemporaine, qu’à une épopée antique ou à un épisode plus personnel, se pare d’une dimension intemporelle. Dans la proximité de la caméra et de son instabilité, le spectateur est plongé dans un rapport intimiste avec la mer, dans le déséquilibre et le fracas des vagues, dans le chaos du monde.
Yvan Salomone accorde un regard singulier sur les zones portuaires ou de chantiers, depuis Saint-Malo, en passant par les côtes européennes et internationales, en marge des villes, à l’écart de toute présence humaine. Le recours à l’aquarelle pour ces sujets donne une dimension toute particulière à la puissance architecturale des sites. Selon un procédé immuable, il reproduit chaque semaine, sur un format toujours identique, une scène qu’il enregistre, à la manière d’une chronique exploratoire du territoire.
Constituée de tuyaux d’arrosage transparents, la sculpture de Gloria Friedmann suggère le miroitement des vagues à la surface de l’eau. Choisissant des matériaux communs, industrialisés, pour évoquer la nature, elle illustre le décalage de notre société, entre une activité humaine effrénée et la fragilité du vivant. Sensible aux questions d’écologie, de politique, l’artiste met en forme et en scène le théâtre universel qui se déroule sous nos yeux.
Fin observateur du contexte et de l’environnement qui l’entoure, Olivier Leroi construit avec force humour et malice une pratique basée sur les associations d’idées, de mots, de formes et de sens. Le réel constitue une source privilégiée pour l’artiste qui y puise des matériaux simples et les travaille avec une grande économie du geste.
Bord de mer est une fragile plume d’oiseau découpée, dont la forme évoque la silhouette d’une cabane de pêcheur pliant sous la force du vent marin et surplombant une étendue bleu océan.
Jean-Yves Brélivet s’inspire également du règne animal pour évoquer les travers humains, à la manière d’un La Fontaine. Hommage aux poissons pierre invente un univers à la fois terrestre et marin, dans lequel les créatures globuleuses, arborant une tenue bigarrée, semblent perchées de manière immuable dans un contexte incongru. Conte fabuleux, fiction ironique, fable humoristique, tel est le procédé adopté par l’artiste pour raconter en sculpture le vaste monde qui poursuit sa course folle.

Téléchargez le journal de l’exposition
Téléchargez le communiqué de presse

Exposition organisée par le Frac Bretagne, en partenariat avec le Musée Manoli


Vernissage le samedi 18 juin à 17h

Manoli, musée et jardin de sculptures
9 rue du Suet
35 780 La Richardais

Ouvert tous les jours du 15 mai au 15 septembre, de 11h à 19h
Préparez votre visite

Programmation associée :

RENDEZ-VOUS À SAINT-LUNAIRE : «LE CINÉMA ET LA MER»
Projection de la vidéo de Marcel Dinahet
Sur la plage de Dinard, 2000, 6’58’’
Œuvre de la la collection du FDAC, Fonds départemental d’art contemporain d’Ille-et-Vilaine
Mercredi 3 août, vendredi 5 août, et dimanche 7 août 2016 à 21H

Renseignement et réservation
tél. + 33 (0)2 99 46 08 13 / mediatheque.mairie@saint-lunaire.fr
CENTRE CULTUREL JEAN ROCHEFORT
Boulevard des Cap-Horniers
F – 35800 Saint-Lunaire

Visuel : Olivier Leroi, Bord de mer, 2014, collection Frac Bretagne © ADAGP, Paris 2016
Crédit photo : François Lauginie