Langue des oiseaux et coq à l’âne. Autour de Raymond Hains

Quand :
24 mai 2014 - 12:00 – 7 septembre 2014 - 19:00
Langue des oiseaux et coq à l’âne. Autour de Raymond Hains
Erica Baum, Julien Bismuth, Éric Duyckaerts, François Dufrêne, George Dupin, Jean Dupuy, Raymond Hains, Anabelle Hulaut / David Michael Clarke, Harald Klingelhöller, Éric Maillet, Christian Marclay, Anne Marie Rognon, Yann Sérandour, Anne de Sterk, Catherine Sullivan, Jacques Villeglé, Gil J. Wolman

 

Entièrement conçue dans une logique associative et sur le principe du coq à l’âne, Langue des oiseaux et coq à l’âne s’est construite autour de Raymond Hains (1926, Saint-Brieuc – 2005, Paris), figure majeure dans la collection du Frac Bretagne.
Au XXe siècle, Raymond Roussel et Alfred Jarry renouent avec la Langue des oiseaux : une langue fictive et cryptée qui consiste, à l’aide de jeux de mots et de différentes combinaisons, à inventer des compositions littéraires servant à véhiculer des messages codés. Dans leurs pas, Raymond Hains, grand amateur de littérature hermétique et de jeux de mots, a fait de cette langue secrète une véritable poétique. En forme d’hommage, le Frac Bretagne présente dans sa plus grande galerie une exposition monographique de son travail. Admirateur de Pasolini dans Uccellacci e Uccellini (Des oiseaux, petits et gros), il s’intéresse à ces langages autres et logiques de pensées parallèles : à travers des homonymies approximatives, il crée des généalogies inventées et des théories qui le mènent des palissades aux lapalissades, sur les pas d’un sculpteur lyonnais du nom de Lemot ou encore de la langue des oiseaux aux skis Rossignol. Raymond Hains refuse la logique cartésienne au profit d’un raisonnement absurde qui joue à saute-mouton d’un mot et d’un concept à l’autre.
Deux galeries d’exposition sont également consacrées à des artistes investissant pleinement le champ du langage et de ses écarts, incompréhensions, drôleries. Plusieurs thèmes présents dans le travail de Raymond Hains parcourent cette exposition : les langues cryptées, primales, les logiques génératives – Jean Dupuy, Éric Maillet, Christian Marclay, Gil J. Wolman ; les phénomènes de hasard et de rencontre – Anabelle Hulaut / David Michael Clarke, George Dupin ; la langue comme réservoir de signes – Erica Baum, Julien Bismuth, Harald Klingelhöller, Jacques Villeglé ; le langage des corps – Catherine Sullivan ; les paroles manquées, bégaiements, les anomalies offertes par le langage – Anne de Sterk, François Dufrêne, Christian Marclay ; la langue prise à son propre piège – Éric Duyckaerts, Anne Marie Rognon.
Commissariat : Marion Daniel

 

Vernissage le vendredi 23 mai 2014 à 18h30

Préparez votre visite

Téléchargez le journal de l’exposition
Téléchargez le dossier de presse

Visuel : Raymond Hains, L’amant vert en âne (de la série Macintoshage), 1999 (détail), Collection privée, Bruxelles Crédit photo : Eric Fabre © Adagp, Paris 2014