Les Paysages de François Dilasser

Un partenariat Ville de Landerneau/Frac Bretagne

François Dilasser, La Mer rouge III ou Le Passage de la Mer rouge, 1990 Musée des beaux-arts de Quimper © Adagp, Paris Crédit photographique : Bernard Galéron

La Ville de Landerneau et le Frac Bretagne présentent à la Galerie de Rohan, Landerneau, du 9 juin au 4 novembre 2018, une exposition dédiée à François Dilasser.

La Ville de Landerneau et le Frac Bretagne poursuivent le partenariat engagé depuis 2015 pour présenter une exposition personnelle de François Dilasser dont le fil conducteur est le paysage,
un thème qui lui est essentiel. Il disait ainsi en 1999 : « La vision de la mer, le mouvement de la marche, cela m’aide à réfléchir à la peinture… C’est sans doute la mer vue du rivage, le rapport mer-rivage, qui me fascine, qui me donne envie de peindre. Je suis attiré par le rapport, la ressemblance des formes entre elles, celles des arbres, des maisons des rochers, des nuages. » Avec des peintures et dessins provenant de l’atelier de l’artiste, de collections publiques et privées, le parcours de l’exposition est ponctué par la poésie des titres : Promenade côtière, À travers champs,
L’écriture des vagues…, et révèle le paradoxe d’une œuvre à la fois ancrée dans son vieux pays, et s’échappant vers l’inconnu, tendue vers une fin qui sans cesse se dérobe.

François Dilasser (1926-2012) est peintre.
Formé par l’observation d’artistes qui l’ont marqué, Bissière, Paul Klee, Picasso, Rembrandt ou encore Philip Guston, et par une pratique régulière du dessin depuis l’enfance, il décide de se consacrer pleinement à son art à partir de 1970. Ses travaux sont alors caractérisés par l’organisation de formes dans l’espace du tableau, un espace tantôt clos sur lui-même tantôt ouvert, oscillant entre la géométrie et une perspective plus classique. Ces formes, selon l’artiste, adviennent, ne résultant pas d’une recherche particulière : « J’aime quand les formes surgissent au cours du travail. […] que le coup de pinceau fasse naître une forme que je n’avais pas prévue… la vie qui se manifeste. »
(Art Absolument n°17, été 2016)

Le sujet des œuvres s’avère parfois aussi difficile à déterminer quand bien même celles-ci ont pour titre Jardins ou Planètes. Son système de représentation est nourri par sa fréquentation des musées et sa connaissance de l’histoire de la peinture, tout autant que par les promenades qu’il fait dans le paysage aux alentours de sa maison et de son atelier, la campagne et les bords de mer du Nord Finistère.
Il n’y a pas, chez Dilasser, de paysage peint sur le motif mais un ensemble de pensées et de sensations, d’expériences qui s’entrelacent au temps de l’atelier.
Marcher, regarder, penser, c’est ainsi que se noue le rapport au monde de François Dilasser, à l’origine d’une œuvre dessinée et peinte, secrète et sensible.

Ce que chaque toile donne à voir, c’est le cheminement de la pensée de l’artiste, le processus créatif. L’exposition se prolonge dans l’espace public, par une présentation à ciel ouvert : évocation des lieux d’inspiration, extraits de textes d’écrivains proches, portraits et images d’atelier.

Merci à la chaîne Tébéo pour son reportage à revoir ici (de 20′ à 27’51) :

 

Vernissage le vendredi 8 juin 2018 à 18h30

+ Préparez votre visite

À NOTER
Vendredi 7 septembre 2018 À 18h30
Galerie de Rohan
Conférence de Jean-Marc Huitorel


Visuel : François Dilasser, La Mer rouge III ou Le Passage de la Mer rouge, 1990
Musée des beaux-arts de Quimper © ADAGP, Paris
Crédit photographique : Bernard Galéron