Musée en imaginaire : stages vacances 2017-2018


Le Musée imaginaire de Clémence Estève

Musée en imaginaire : des stages vacances de deux demi journées animés par l’artiste Clémence Estève pour les enfants de 7 à 12 ans.

Familiariser des enfants avec l’histoire de l’art, leur permettre de créer des rencontres, parcourir d’une autre façon les collections des musées. En s’inspirant du concept inventé par André Malraux, Clémence Estève propose au jeune public de revisiter l’histoire de l’art sur un mode ludique. Stimuler son imagination, faire surgir des rencontres inédites entre toutes sortes d’objets d’art, de courants ou de genre, seront les fils conducteurs des ateliers du Musée en imaginaire. Les historiens en herbe disposeront d’un vaste stock d’images et de reproductions à rassembler, à confronter, à juxtaposer ou transformer, pour peupler d’objets singuliers leur musée personnel.


PROCHAINS STAGES VACANCES :

Musée en imaginaire # 1 : Mon livre musée
Jeudi 26 et vendredi 27 octobre 2017
+ s’inscrire

Musée en imaginaire # 2 : La sieste de Malraux
Jeudi 4 et vendredi 5 janvier 2018

Musée en imaginaire # 3 : Memory
Jeudi 1er et vendredi 2 mars 2018

Musée en imaginaire # 4 : Pied de nez
Jeudi 3 et vendredi 4 mai 2018


CLÉMENCE ESTÈVE
Née en 1989 à Marseille (France) – Vit et travaille à Rennes

« J’appelle Musée imaginaire la totalité de ce que les gens peuvent connaître aujourd’hui même en n’étant pas dans un musée, c’est-à-dire ce qu’ils connaissent par les reproductions, (…)
les bibliothèques », déclare André Malraux. De cette idée, Clémence Estève a fait l’une des sources de sa recherche artistique. Elle se plaît à créer des installations à partir d’un ensemble d’images documentaires, issues le plus souvent d’archives ou de musées, références qui sont la base de son « musée imaginaire ». Par ce travail iconographique, elle engage une recherche critique et amusée sur la transmission de l’histoire de l’art par les images tout en invitant au voyage à travers le temps. De Giacometti au Sphynx, du modernisme au baroque en passant par la voie romaine ou les routes antiques, les intérêts de l’artiste font fi des époques, qu’elle dispose et réinvente au fil du temps dans son musée imaginaire.