Les rendez-vous

Fév
11
mar
Festival Travelling
Fév 11 - 12:00 – Fév 18 - 18:00
Festival Travelling

Dans le cadre du Festival Travelling 2020, le Frac Bretagne vous propose de découvrir une sélection de films.

 

 

PROGRAMME DES PROJECTIONS
Du mardi 11 au mardi 18 février 2020
Diffusion en continu de 12h à 19h

Hobby à tout prix !

Un ensemble de films d’artistes qui parlent de la vie quotidienne à Beyrouth et au Liban. Promenade de bord de mer, baignade, musique et musculation, des hobbies à tout prix, des résistances de la vie qu’on ne peut contenir.

Diffusion en continu les samedi 15 et dimanche 16 février 2020 de 12h à 19h.

Durée : 40 minutes.

Auditorium du Frac.

Entrée libre et gratuite.

  1. Walid Raad, I only Wish That I Could Weep (2001), Collection Frac Occitanie Montpellier, 7’36
  2. Mounira Al Solh , Paris Without a Sea (2007-2008), 13’07
  3. Sirine Fattouh, Love Talk Part I (2009), 3’40
  4. Ziad Antar, Safe Sound (2006), Collection Frac Alsace, 9’10
  5. Ziad Antar, Night of Love 2 (Guitare Charbel Haber) (2013), Collection Frac Alsace, 1’30
  6. Sirine Fattouh, Love Talk Part II (2009), 4’40

Hobby à tout prix ! Incursion dans l’exposition Sans réserve du 11 au 18 février 2020

Deux films d’artistes à voir dans le kiosque de l’artiste Cyrille Mariën.

En continu de 12h à 19h.

Accès libre sur présentation du billet d’entrée.

  • Walid Raad, I only Wish That I Could Weep (2001), Collection Frac Occitanie Montpellier, 7’36
  • Ziad Antar, Wa (2004), Collection Frac Alsace, 1’59

Objets de guerre de Lamia Joreige

Mercredi 12 février à 16h et mardi 18 février à 18h.

Un film issu de la collection du Frac Bretagne.

Année : 2000, français et arabe sous-titré en français, 68 minutes.

Entrée libre et gratuite.

Onze  personnes se souviennent de la guerre du Liban à travers un objet personnel et emblématique de cette période de leur vie : un sac Miss Peggy, une cannette de bière enveloppée dans un mouchoir, un jeu de cartes, un paquet de piles… Onze récits émouvants pour entrevoir, par bribes, ce qui ne peut pas être raconté.

Née en 1972 à Beyrouth, Lamia Joreige est artiste et réalisatrice. Dans son travail, elle s’intéresse aux relations entre les histoires individuelles et la mémoire collective, avec une question lancinante : peut-on représenter les guerres libanaises et leurs conséquences ?