Les rendez-vous

octobre 2019 – février 2020

Oct
1
mar
La nuit qui vient @ Cinéma L'Arvor
Oct 1 - 20:15 – 21:15
La nuit qui vient @ Cinéma L'Arvor
Dans le cadre de la Rentrée des Arts Visuels, le cinéma Arvor en partenariat avec la Ville de Rennes propose la diffusion du film La nuit qui vient de Bruno Di Rosa – œuvre de la collection du Frac Bretagne – le mardi 1er octobre à 20h15.

Le film La nuit qui vient, débuté en 2015 et achevé en 2019, constitue une étape particulière dans le travail de Bruno Di Rosa. L’écriture y prend la forme d’un scénario de récit d’autofiction.

Alexandre – dont un diagnostic de cécité prochaine vient de lui être révélé – décide de partir précipitamment à Rome au chevet de son père malade qu’il n’a pas vu depuis plusieurs années. Il fait le choix de reporter les soins médicaux qui lui sont préconisés pour tenter de reprendre in extremis le fil d’une histoire familiale interrompue. Telle une allusion au déclin visuel qui frappe le personnage, les images du film laissent place à plusieurs reprises à de longues séquences de noir total ou seule la voix off du narrateur déroule le fil de l’histoire.

Accompagné des images solaires de la photographe Isabelle Arthuis, de la bande musicale de Jean-Yves Evrard et des intermèdes fantomatiques de Lionel Estève, le scénario progresse de la lumière du levant vers la noirceur de la nuit comme un symbole du chemin à parcourir, du compte à rebours enclenché.


Cinéma L’Arvor
29 rue d’Antrain, Rennes
www.cinema-arvor.fr 

TARIF EXCEPTIONNEL DE 3 € (Carte Sortir!) à 5.90 € (Tarif plein)

+ En savoir plus sur la Rentrée des Arts Visuels à Rennes
+ Consulter la notice de l’œuvre 

Nov
3
dim
Projection | Ultimas Ondas @ Auditorium du Frac Bretagne
Nov 3 - 17:00 – 18:00
Projection | Ultimas Ondas @ Auditorium du Frac Bretagne

À l’occasion du 20e anniversaire du Mois du Doc, le Frac Bretagne présente le nouveau film du réalisateur rennais Emmanuel Piton.
Un film dont la force poétique, le caractère expérimental et l’atmosphère fantomatique répondent intimement aux œuvres de l’exposition Sous le vent.

« Nous sommes quelque part dans le nord de l’Espagne. Après avoir traversé une ville, sous la pluie, au bout d’un tunnel, la vallée de la Solana s’ouvre. Le grain et le scintillement de la pellicule teintent d’onirisme le voyage qui commence dans ces montagnes désertées. Trente ans que les villages se sont vidés de leurs habitants, happés par les villes, comme le raconte un berger à Emmanuel Piton. Les ondes radios troublent le silence et le vent pousse les histoires, celle par exemple d’un bourg détruit à l’explosif afin de créer un lac artificiel, qui ne verra jamais le jour. Parallèlement aux récits, l’exploration visuelle met à jour les traces du passé : un portrait de Franco, sous verre, fendu, côtoie l’image d’un couple de paysans gisant au milieu d’une masure en ruines. Últimas Ondas est une dérive psycho-géographique dans ces lieux ensauvagés, une élégie argentique dédiée aux êtres qui les marquent de leur indélébile présence. Telle cette pythie-poétesse qui prophétise :
« Les ombres chuchotent des histoires d’un temps qui peut-être n’existe plus, révélant des cicatrices dans le paysage (…) Tout peut recommencer à nouveau ».
  Emmanuel Chicon

Logo Le Comptoir du Doc 2019

Durée : 41′
Pays : France
Année : 2019
Langue : Espagnol
Sous-titrage : Français
Production : Jérémie Reichenbach  (Quilombo Films)
Format de tournage : 16mm/super 8

Projection en présence du réalisateur
dimanche 3 novembre à 17h, dans l’auditorium du Frac Bretagne.

En collaboration avec Comptoir du doc.

 


Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.
Le premier dimanche du mois l’entrée aux expositions du Frac Bretagne est gratuite pour tous.

 

 

Nov
30
sam
Les Trans Musicales au Frac Bretagne
Nov 30 - 12:00 – Déc 8 - 18:00
Les Trans Musicales au Frac Bretagne

Bande-sonore des Trans Musicales à écouter au Frac Bretagne

Du 30 novembre au 8 décembre, dès l’ouverture de l’exposition Sans réserve jusqu’à la fin des Trans Musicales, venez écouter la bande sonore créée spécialement par le festival pour le Frac Bretagne , en libre accès à l’accueil du Frac Bretagne ! Une autre façon de visiter l’exposition Sans réserve et de découvrir les œuvres qui vous attendent.

En libre accès auprès de l’accueil du Frac, du 30 novembre au 8 décembre.

Fév
11
mar
Festival Travelling
Fév 11 - 12:00 – Fév 18 - 18:00
Festival Travelling

Dans le cadre du Festival Travelling 2020, le Frac Bretagne vous propose de découvrir une sélection de films.

 

 

PROGRAMME DES PROJECTIONS
Du mardi 11 au mardi 18 février 2020
Diffusion en continu de 12h à 19h

Hobby à tout prix !

Un ensemble de films d’artistes qui parlent de la vie quotidienne à Beyrouth et au Liban. Promenade de bord de mer, baignade, musique et musculation, des hobbies à tout prix, des résistances de la vie qu’on ne peut contenir.

Diffusion en continu les samedi 15 et dimanche 16 février 2020 de 12h à 19h.

Durée : 40 minutes.

Auditorium du Frac.

Entrée libre et gratuite.

  1. Walid Raad, I only Wish That I Could Weep (2001), Collection Frac Occitanie Montpellier, 7’36
  2. Mounira Al Solh , Paris Without a Sea (2007-2008), 13’07
  3. Sirine Fattouh, Love Talk Part I (2009), 3’40
  4. Ziad Antar, Safe Sound (2006), Collection Frac Alsace, 9’10
  5. Ziad Antar, Night of Love 2 (Guitare Charbel Haber) (2013), Collection Frac Alsace, 1’30
  6. Sirine Fattouh, Love Talk Part II (2009), 4’40

Hobby à tout prix ! Incursion dans l’exposition Sans réserve du 11 au 18 février 2020

Deux films d’artistes à voir dans le kiosque de l’artiste Cyrille Mariën.

En continu de 12h à 19h.

Accès libre sur présentation du billet d’entrée.

  • Walid Raad, I only Wish That I Could Weep (2001), Collection Frac Occitanie Montpellier, 7’36
  • Ziad Antar, Wa (2004), Collection Frac Alsace, 1’59

Objets de guerre de Lamia Joreige

Mercredi 12 février à 16h et mardi 18 février à 18h.

Un film issu de la collection du Frac Bretagne.

Année : 2000, français et arabe sous-titré en français, 68 minutes.

Entrée libre et gratuite.

Onze  personnes se souviennent de la guerre du Liban à travers un objet personnel et emblématique de cette période de leur vie : un sac Miss Peggy, une cannette de bière enveloppée dans un mouchoir, un jeu de cartes, un paquet de piles… Onze récits émouvants pour entrevoir, par bribes, ce qui ne peut pas être raconté.

Née en 1972 à Beyrouth, Lamia Joreige est artiste et réalisatrice. Dans son travail, elle s’intéresse aux relations entre les histoires individuelles et la mémoire collective, avec une question lancinante : peut-on représenter les guerres libanaises et leurs conséquences ?