Chargement Évènements

Le Frac Bretagne et les Trans s’aiment et ça s’entend !

Les photographies de Martin Parr et la musique, ça marche, alors ne nous privons pas. Des Buzzcocks, en passant par Frankie Goes To Hollywood, Pulp ou Idles, la bande-son des Trans donne un coup de projecteur sur chaque série exposée. Rock on !

A écouter tous les dimanches en deux parties à 14h (22 minutes) et 17h (12 minutes) dans les salles et quand vous le souhaitez en ligne sur la chaîne Youtube des Trans.

 

POUR EN SAVOIR PLUS…

GRANDE SALLE (C3)

SALLE 1

Blur, Parklife, 1994 (03:05 min) pour la série Think of England, 1995-2003

Blur, avec ce morceau, et Martin Parr, dans cette série, explorent les clichés. Dans « Parklife », qui a fait connaître le groupe en 1994, une voix avec un fort accent anglais se moque avec affection des habitudes culturelles britanniques. Moins tendre, Martin Parr souligne quant à lui également le patriotisme exacerbé de certains de ses concitoyens.

Idles, Well Done, 2016 (02:57 min) pour la série Establishment, 2010-2016

Groupe de punk rock fondé en 2009 à Bristol, Idles aborde souvent les rapports entre classes sociales. Well Done critique, avec une autre ironie que celle de Martin Parr, une classe dominante qui ne comprend pas les problèmes ou la réalité sociale des classes moyennes et populaires. Pas de médailles, de diplômes ou de travail ? Vous êtes simplement des rebelles selon Idles.

 

SALLE 2

Tears For Fears, Sowing the Seeds of Love, 1989 (06:17 min) pour la série The Cost of Living, 1986-1989

Avec ce morceau, Tears For Fears tire un bilan amer des années Thatcher. Dans un pastiche assumé des Beatles, le groupe évoque les nouvelles catégories sociales qui émergent dans les années 1980, telle cette classe moyenne supérieure, que photographie Martin Parr au même moment.

Frankie Goes To Hollywood, Relax, 1983 (03:57 min) pour la série The Last Resort, 1983-1985

Les vacanciers de la station balnéaire photographiée par Martin Parr avaient certainement ce tube très populaire dans les oreilles en 1983, voire les deux étés suivants… Avec ce morceau, ce groupe de Liverpool invite son public à se détendre, comme le font ces personnes dans la station balnéaire de New Brighton, malgré la violence de la politique de Margaret Thatcher pendant cette période.

Supergrass, Alright, 1995 (03:01 min) pour la série Luxury, 1997-2011

En 1995, Supergrass sort Alright qui fera leur succès. Le morceau parle de jeunes, d’adolescents insouciants qui veulent simplement s’amuser. Face à ces photos d’adultes fortunés, le titre de Supergrass tourne au ridicule cette société jet set qui se comporte comme si elle avait sa première liberté, au mépris complet du monde.

 

SALLE 3

Up, Bustle and Out, Mundo Insolito (Control Machete Remix), 2006 (05:12 min) pour la série Mexico, 2006

De Bristol à Mexico il n’y a qu’un pas que Martin Parr et ce groupe de Bristol font tous deux la même année. Tourné vers la musique cubaine puis vers la musique et la scène musicale mexicaine, ce groupe introduit les diversités culturelles pour composer ce titre insolite.

Massive Attack, One Love, 1991 (04:48 min) pour la série Bored Couples 1990-1993

L’ennui est-il seulement négatif ? Et si « s’ennuyer à deux » était le signe d’un amour profond ? Le titre de Massive Attack parle justement d’amour avec la voix et le vibrato mythique du chanteur jamaïcain Horace Andy. Précurseur du trip hop, ce groupe émerge au moment où Martin Parr réalise ces photographies et ce, dans la même ville que lui.

The Chemical Brothers, Leave Home, 1995 (05:33 min) pour la série Small World, 1989-2008

Pour faire face à cette série questionnant de manière critique le tourisme de masse, il fallait un groupe de musique électronique de renommée internationale. Comme une illustration sonore de l’agression que représente ce tourisme excessif, ce morceau tout en tension est pour le moins anxiogène : le son est maximaliste, il sature, empli l’espace, tels les touristes visitant les sites célèbres.

The Mike Flower Pops, Wonderwall, 1995 (02:43 min min) pour la série Self-portraits, 1991-2016

Ce groupe londonien fait ici une reprise presque parodique du titre d’Oasis, iconique dans la culture britannique. Les paroles font intervenir une personne qui s’adresse à son ami imaginaire, qui se parle à elle-même. Martin Parr n’est pas si loin, s’observant de costume en costume et de décor en décor dans cette série se déployant en nuage sur le mur.

Calvin Harris, Summer, 2014 (02:57 min) pour la série Death by Selfie, 2015-2019

DJ phare de la scène club britannique dès ses débuts, Calvin Harris a ensuite pris un virage beaucoup plus commercial et particulièrement avec ce morceau de dance music. Celui-ci fut un très grand tube en Europe, à sa sortie en 2014, aussi populaire et éphémère que les perches à selfies.

SALLE 4

Cornershop/Fatboy Slim, Brimful of Asha (Norman Cook Remix), 1998 (04:04 min) pour la série Everybody Dance Now, 1986-2018

La danse est selon Martin Parr la forme la plus démocratique d’expression. Elle transcende les âges, les groupes sociaux et les frontières comme la musique, sa fidèle partenaire. Le titre Brimful of Asha, du groupe indo-britannique Cornershop et ici remixé avec succès par le DJ Fatboy Slim, symbolise le mouvement de mondialisation des dancefloors durant la période couverte par cette série.

 

PETITE SALLE (C1)

SALLE 1

Buzzcocks, Love Is Lies, 1978 (03:12 min) pour la série The Non-Conformists, 1975

Buzzcoks fait partie des tout premiers groupes de punk rock. Originaire de Manchester, il a une place essentielle dans la bande-son de la fin des années 1970 en Angleterre. Ce morceau parle d’amour et repose sur un son et une écriture folk, créant un lien avec la série de Martin Parr pour laquelle celui-ci s’installe à la campagne, noue des relations étroites avec une communauté qu’il photographie et rencontre sa femme Susie.

The Undertones, Here Come The Summer, 1979 (01:36 min) pour la série Bad Weather, 1982

The Undertones est un groupe punk largement influencé par le groupe américain Ramones. Ce choix est comme un clin d’œil ironique à l’obsession britannique pour la description de la météo ainsi que pour la pluie et le mauvais temps que Martin Parr s’est amusé à photographier.

 

SALLE 2

Pulp, Common People, 1995 (05:52 min) pour la série Common Sense, 1999

Ce titre parle d’un sujet qui est au centre de nombreuses séries de Martin Parr : les habitudes des classes moyennes mais aussi une fascination pour l’ordinaire. À une soirée, le narrateur de la chanson rencontre une jeune fille qui lui explique son complexe d’être riche et qu’elle aimerait être « ordinaire comme lui ». Pour l’aider et sur un ton tragi-comique, le chanteur lui liste les choses à faire, égratignant au passage l’idée d’une pauvreté « cool ».

Plus d’informations sur l’exposition Parrathon, une rétrospective de Martin Parr

Go to Top