Chargement Évènements
Cet évènement est passé

David Shrigley est un artiste écossais né en 1968. Dessinateur, il collabore avec des quotidiens britanniques tels que The Independant, The Guardian ou le New Statesman. Il réalise des clips pour Blur, Bonnie Prince Billy. Il dessine les cartons rouges et jaunes de l’A.S. VELASCA, club italien de football, considéré par la FIFA comme le club le plus artistique du monde.

David Shrigley adopte un discours critique sur l’art et pose un regard amusé sur le quotidien, la politique, l’écologie, les relations humaines, la morale. Des sujets qu’il traite avec un humour décalé, fantasque, noir, faisant état d’un certain cynisme, sans morale. Il exagère le trait afin de dédramatiser le schéma de nos existences, mais toujours avec un œil aiguisé sur les sujets qu’il traite.

Également sculpteur, une de ses réalisations est inaugurée en 2016 par le maire de Londres à Trafalgar Square, face à la National Gallery : une main géante au pouce démesuré, posée sur un socle, mesurant près de 7 mètres de haut, fait référence au Brexit.

Par cette production de l’absurde, propre à l’humour anglais, il pose un regard amusé sur des situations facilement identifiables.
Observer le travail de David Shrigley, c’est pénétrer un monde qui convoque une certaine humanité dans ce qu’il y a de plus inhabituel : les bouts de bois parlent, se posent des questions humanistes, les oiseaux vont manifester à Londres, les animaux adoptent des comportements humains, se posent des questions existentielles et réfléchissent.

Les dessins de David Shrigley pourraient être les story-boards de films de Quentin Dupieux, chaque dessin est une invitation à partir dans l’imaginaire de l’artiste, et peut prendre tout à tour le visage d’un film psychosocial-burlesque ou d’une aventure intérieure grotesque, mais pas tant : on pourrait facilement y croiser Don Quichotte.

« Les choses qui sont mauvaises, comme l’économie, le temps, et la société, bénéficieront d’un changement dans le consensus à l’égard de ce qui est positif » D.Shrigley

Traduction image 1 : Créatures de l’au-delà essayant de comprendre le fonctionnement de mon vieil ordinateur que je viens de jeter. “Il a compris comment ça fonctionne ?” “Ça a l’air compliqué” “Laisse moi essayer” “Attends une minute” (The book of Shrigley, édité par Julian Rothenstein, 2005)

Traduction image 2 : “Ça vaut combien ?” “100 millions d’euros” “C’est incroyable !” “C’est superbe !” “Ça vaut sûrement beaucoup plus” (The book of Shrigley, édité par Julian Rothenstein, 2005)

Traduction image 3 : “Cher Cerf, je suis vraiment navré d’avoir tenté de mettre fin à tes jours. C’est l’instinct, je pense, qui m’a fait faire cela, Il n’y a rien de personnel là-dedans. Sincères salutations, Alan Hunter” (The book of Shrigley, édité par Julian Rothenstein, 2005)

 

Pour découvrir l’univers de David Shrigley, nous vous invitons à consulter les ouvrages dans le fonds livres d’artistes du Frac Bretagne et à lire l’entretien de l’artiste avec Frédéric Paul à l’occasion de l’exposition au Centre d’art contemporain du Domaine de Kerguéhennec en 2002.

+ Toute la programmation des Tournez les pages de septembre 2020 à janvier 2021

+ Le portail de la documentation


Visuel : River for Sale, 1999 © David Shrigley / Adagp, Paris 2020
Photo : Frac Bretagne.

 

Go to Top