Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Pour sa première édition, le prix du Frac Bretagne – Art Norac 2021 offre à son lauréat une exposition outre-Atlantique au Visual Arts Center d’Austin au Texas.
Une occasion de revenir sur les affinités artistiques entre l’ancien et le nouveau monde. Du “cas d’école” historique, à la soif de nouveauté de la jeune génération, en passant par le départ théâtral : retour sur l’impulsion de trois artisteà quitter provisoirement ou indéfiniment la sphère française, au profit de la machine américaine. 

 

Comment aborder l’expatriation des artistes français sur le continent américain sans immédiatement penser à l’un de ses pionniers : Marcel Duchamp. Un bond dans le temps vous direz-vous ? Pas tant, puisque ce n’est pas par le prisme de l’histoire de l’art, mais bien par celui de l’édition d’artistes que nous pouvons nous replonger dans la carrière atypique de cet artiste1977, André Raffray encore responsable du service animation de Gaumont, se voit offrir par Pontus Hulten, le projet de réaliser La vie illustrée de Marcel Duchamp (ensemble de 12 gouaches), en contribution à l’exposition inaugurale du Centre PompidouL’Œuvre de Marcel DuchampL’ensemble devient ensuite un petit ouvrage ludique de 16 x 13 cm, où il reprend les codes de l’ouvrage jeunesse : une page de texte compilant les étapes déterminantes de la vie de Duchamp sur la page de gauche, confrontée à une illustration en all over (couvrant toute la surface) sur la page de droite. Au gré des pages se profilent la motivation, puis la nécessité d’un départ, dont Raffray pose subtilement les limites. De l’humiliation d’un refus au Salon des indépendants en 1912tableau pour le moins anecdotique nommé Nu descendant un escalier, qui ne fera que consacrer la gloire de Duchamp quelques années plus tard et marquer le début de l’Art Moderne aux Etats-Unis, à la célébrité grâce au même tableau, exposé un an plus tard, à lArmory Show, à New YorkSous couvert d’une historiette pédagogique, Raffray livre le condensé d’une vie et d’une carrière, de la prime jeunesse de Marcel, au sacre de Duchamp. 

André RaffrayLa vie illustrée de Marcel Duchamp, sous-titre : avec 12 dessins d’André Raffray, 1977 (couverture et pages 16-17). Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Michel Vigourt. Crédit photo : Frac Bretagne

A son arrivée sur le nouveau continent, il fut reçu comme une vedette de cinéma. La presse publia ses premières impressions sur la cité des gratte-ciels, il fut adulé dans les salons, devint la coqueluche des femmes et, laissant sa réserve de petit provincial français au vestiaire, se mit à jouer les affranchis.” 

Jean Dupuy, Rouge et blanc, 2008. Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Adagp, Paris 2021. Crédit photo : Frac Bretagne

“Plouf ! Ouf ! “ Si on en croit la légende, il s’agit des mots prononcés par Jean Dupuy, se débarrassant de toutes ses œuvres dans la Seine, avant de quitter Paris pour les Etats-Unis. Un départ mémorable, marquant en plus d’une personnalité haute en couleur, un tournant drastique dans la pratique de l’artiste. Le parisien était peintre, le New-Yorkais sera “toucheàtout” : tantôt performeur, sculpteur, ingénieur, etc., il se lie avec les plus grands artistes américains (MaciunasRauschenberg…), expose dans les institutions les plus cotéesLa petite édition Rouge et Blanc se fait témoin d’une de ses performances, en grande pompe, où le tout New-York était invité à se dévêtir avant de déambuler dans des espaces huilés, sucrés, pigmentésOn y retrouve déjà avant l’heure la signature de Dupuy : goût pour les mots, écriture manuscrite, exhaustivité dans la concision, poésie. Années soixante-dix, l’heure sonne justement. Sa vie toute entière est chamboulée lorsque travaillant à son bureau, il se saisit d’un crayon publicitaire sur lequel est inscrit : “American Venus Unique Red “. L’idée fuse : il faut en faire une anagrammeil permute alors les lettres et obtient une tout autre signification : “ Univers ardu en mécanique”. Jeu d’esprit insignifiant qui marquera la seconde partie de son existence, qu’il consacre entièrement à la rédaction de ces figures de style sous le prêtenom d’Ypudu Anagrammiste.

Jean Dupuy, Where, Paris : Loevenbruck éditions, 2013, p. 11. Crédit photo : Frac Bretagne

Pourtant, la vie new-yorkaise, vecteur pour lui de renouveau et de célébrité deviendra trop frénétique, le poussant à se réinstaller dans le sud de la France pour produire davantageC’est aussi là qu’il s’éteint, au début de ce mois d’avril 2021, à 95 ans, laissant derrière lui une carrière extraordinaire et dans cette immensité, une épitaphe à sa mesure. 

Jean Dupuy, Where, Paris : Loevenbruck éditions, 2013, p. 11. Crédit photo : Frac Bretagne

“ Léon, las d’être peintre se décide alors à émigrer, yes, Lulu, en 1967 aux U.S.A. Avant de partir il décide de jeter une grande partie de ses peintures dans la Seine, Plouf ! Elles font ouf !”. 

Jean Dupuy, Plouf ouf !, 1967-2010 (in Jean Dupuy, Where, Paris : Loevenbruck éditions, 2013, p.114) 

Digression ou non, terminons ce Tournez les pages avec un nouvel artiste et un nouveau format. Rebasculons dans notre période récente. Notre étude se conclut là où elle avait commencé : au Texas. Mais cette fois, exit les buildings, les taxis jaunes, les vernissages mondains… nous sommes à Marfaen plein cœur du désert du Chihuahua. Plaines arides à perte de vue et au milieu du néant, la Mecque de l’art contemporain. C’est précisément là que l’école des beaux-arts de Nantes, Saint-Nazaire, fait le pari d’envoyer étudiants, enseignants et artistes en résidence artistique. Départ, moins radical mais résonné : il faut donner de la visibilité aux artistes français à l’étranger. Benoit-Marie Moriceau y réalise la carte postale vidéo Concrete Sunset en 2012. Initialement note d’intention pour un projet, le film de 3 minutes devient œuvre (dans la collection du Frac Bretagne depuis 2014)Si nous tentons de répondre à la question : que vont chercher les artistes français outre-Atlantique, nous présumions : une vie trépidante, les galeries, les collectionneurs, les relations, une autre forme de liberté, la démesure… Avec cet exemple précis, nous faisons mentir nos présomptions. L’artiste à Marfa cherche un environnement inspirantà l’endroit même où Donald Judd, il y a 50 ans, venait se ressourcer et créer. Moriceau s’émerveille dans cette ville fantôme des couchers de soleil : dégradés éblouissants aux couleurs sorties d’un rêve. Il filme la scène sans fioritures dans l’envie de ramener cette palette colorimétrique hors norme à la maison. La poésie simple de ce que les yeux voient est commentée par la voix éraillée d‘un authentique cowboy qui s’émeut de la majestuosité de son décor habituel. L’artiste y découpe la portion d’un monde : le nouveau, pour l’envoyer vers l’ancien : le nôtre. 

Benoît-Marie Moriceau, Concrete Sunset, 2012. Collection Frac Bretagne © Adagp, Paris 2021. Capture vidéo : Courtesy de l’artiste.

 

Pour en savoir plus :

 

+ Les œuvres d’André Raffray et de Jean Dupuy dans la collection en ligne du Frac Bretagne 

+ Les éditions d’artiste d’André Raffray et de Jean Dupuy dans le Fonds Livres d’artistes du Frac Bretagne 

+ Le portail du centre de documentation du Frac Bretagne 

 

Ce numéro numérique de Tournez les pages vous est proposé par le service des publics et le centre de documentation du Frac Bretagne.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter :

+ La collection de livres d’artiste du Frac Bretagne

 


Visuel haut de page : André RaffrayLa vie illustrée de Marcel Duchamp, sous-titre : avec 12 dessins d’André Raffray, 1977 (couverture et pages 16-17). Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Michel Vigourt. Crédit photo : Frac Bretagne

 

Go to Top