Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Premier contact avec les œuvres, le titre peut énoncer, définir, ou poétiser notre rapport à l’œuvre d’art. De la formule courte, à la punch line, en passant par le véritable aphorisme ou même par son absence, qui peut être signifiante (sans titre), le titre constitue un vaste domaine de possibilités avec lequel les artistes composent. 

Tournez les pages explore ici trois éditions qui participent d’un engagement des artistes et auteurs à donner aux titres, aux premiers mots, une pleine possibilité d’expression, de sens ou de poésie. Mots qui jouent, qui cherchent et qui font toujours naviguer le sens et la pensée.

 

Comme dans ce numéro de point d’ironie de Pierre Alechinsky, composé d’un ensemble de titres formant une poésie graphique, où l’écriture devient un dessin vibrant dans les lettres que l’artiste présente ainsi :
« Mon écriture courante est maladroite. C’est normal, je suis un gaucher des années trente — « forcé à droite », disait-on. Une chance ! Ma main gauche est restée libre pour la caresse, la gifle, l’instinct, le dessin. Quand je dessine de grandes lettres au pinceau, c’est toujours de ma gauche main. La droite délègue. Il y a quelques dizaines d’années, j’ai aligné une ribambelle de Titres disponibles. On a beau décrire une image par gestes mimant l’eau, la terre, le ciel et le feu, mieux vaut lui coller un titre. Les tableaux sans titre sont des enfants perdus. J’ai retrouvé cette ribambelle. »

Pierre Alechinsky, Point d’ironie n°62, novembre 2018. Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Adagp, Paris 2021. Crédit photo : Galerie du Jour Agnès b.

 

Pour Une épidémie se profile, Mathieu Renard a récolté durant plusieurs années les unes de quotidiens, affichées dans la rue, devant les marchands de journaux. Il choisit d’ailleurs de conserver la mise en page de ces célèbres encarts dans son ouvrage. Ce recueil de « gros titres » peut alors se parcourir comme anthologie de fac-similés, où les éléments s’enchaînent sans contexte précis, renvoyant à des faits d’actualités dont on aurait perdu certaines clés de connexions, et qui pourtant résonnent encore. Comme le présente Lendroit éditions : “ Une épidémie se profile, est une poésie ready-made, un roman du quotidien, un journal de bord ou l’humour noir et absurde côtoie le pire des premiers degrés”.

Mathieu Renard, Une épidémie se profile, 2016. Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Adagp, Paris 2021. Crédit photo : Frac Bretagne.

 

Fabienne Radi a rédigé Quarante et un titres autrement, en s’inspirant d’un jeu oulipien, qui consiste à réécrire des phrases par « homophonie » ou « sonotraduction ». Il s’agit de parvenir à conserver la même prononciation, la même sonorité globale d’un texte mais avec des mots différents. Elle propose ici une relecture des titres de célèbres ouvrages qu’elle réinterprète à sa manière en les emmenant vers d’autres sens et sons que le lecteur découvre au fil des pages. La composition visuelle du texte participe également à la réinterprétation du nom des œuvres, en faisant danser le texte dans l’ouvrage avec le sens créé par l’apparition de nouveaux mots.

Fabienne Radi, Quarante et un titres autrement, 2019. Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Fabienne Radi. Crédit photo : Frac Bretagne

 

Ce numéro numérique de Tournez les pages vous est proposé par le service des publics et le centre de documentation du Frac Bretagne.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter :

+ Le portail de la documentation

+ La collection de livres d’artiste du Frac Bretagne


Visuel haut de page : Pierre Alechinsky, Point d’ironie n°62 (détail), novembre 2018. Fonds livres d’artistes du Frac Bretagne © Adagp, Paris 2021. Crédit photo : Galerie du Jour Agnès b.