Les fantômes de l’opéra #3

Faites défiler la page sur votre écran et retournez l’image pour obtenir plus d’informations sur chaque œuvre !

Etienne Bossut

New..., 1998-1999

Etienne Bossut

Né en 1946 à Saint-Chamond (Loire, France)
Vit et travaille à Rennes (Ille-et-Vilaine, France)

Etienne Bossut, New..., 1998-1999

New…, 1998-1999, collection Frac Bretagne © Etienne Bossut – Photo : Frac Bretagne

Cette œuvre accueillant le public n’est autre que le moulage de la carrosserie d’une « New Beetle » de Volkswagen retournée comme une carcasse. Mouler, pour Etienne Bossut, est un geste qui met à distance l’objet et sa représentation, qui permet d’engager un autre regard sur cette forme qui évoque l’industrie et aussi qui engage un basculement dans le champ de la sculpture.

Aurélie Ferruel et Florentine Guedon

Lilian 98, 2017

Aurélie Ferruel et Florentine Guédon 

Nées en 1988 à Mamers (Sarthe, France) et en 1990 à Cholet (Maine-et-Loire, France)
Vivent et travaillent à Suré (Orne, France) et à Montournais (Vendée, France)

Aurélie Ferruel et Florentine Guedon, Lilian98, 2017, Fonds départemental d'art contemporain d'Ille-et-Vilaine

Lilian98, 2017, Fonds départemental d’art contemporain d’Ille-et-Vilaine © Aurélie Ferruel et Florentine Guedon

Artistes travaillant la sculpture, la performance, la peinture… elles collectionnent également les objets relatant des gestes iconiques associés au milieu sportif. Cette œuvre est le fruit de rencontres effectuées auprès de clubs sportifs amateurs et s’inspire de la facture des objets de traditions et cultures populaires qu’elles ont pu observer, notamment dans leur propre milieu, le monde agricole.

 

Jean-Yves Brélivet

La soif des uns fissure les autres, 1992

Jean-Yves Brélivet

Né en 1946 à Brest (Finistère, France)
Vit et travaille à Paris (France) et à Hanvec (Finistère, France)

Jean-Yves Brélivet, La soif des uns fissure les autres, 1992, collection Frac Bretagne - Photo : Hervé Beurel

La soif des uns fissure les autres, 1992, collection Frac Bretagne © Jean-Yves Brélivet – Photo : Pierre Tressos

Au milieu des années soixante, Jean-Yves Brélivet adopte la sculpture comme mode d’expression privilégié. Il retient tout d’abord, dans la grande tradition des écrivain.es fabulistes, la capacité du monde animal à traduire les maux et travers de l’espèce humaine tout en présentant les animaux comme premières victimes des déséquilibres du monde. Depuis le début des années quatre-vingt, il rassemble ce bestiaire singulier, d’une facture proche du merveilleux, sous le titre générique du Tango des espèces.

Jean-Yves Brélivet

Un abcès dans le ciel , 1997

Jean-Yves Brélivet

Né en 1946 à Brest (Finistère, France)
Vit et travaille à Paris (France) et à Hanvec (Finistère, France)

Jean-Yves Brélivet, Un abcès dans le ciel, 1997, collection Frac Bretagne - Photo : DR

Un abcès dans le ciel, 1997, collection Frac Bretagne © Jean-Yves Brélivet – Photo : DR

Au milieu des années soixante, Jean-Yves Brélivet adopte la sculpture comme mode d’expression privilégié. Il retient tout d’abord, dans la grande tradition des écrivain.es fabulistes, la capacité du monde animal à traduire les maux et travers de l’espèce humaine tout en présentant les animaux comme premières victimes des déséquilibres du monde. Depuis le début des années quatre-vingt, il rassemble ce bestiaire singulier, d’une facture proche du merveilleux, sous le titre générique du Tango des espèces.

Jean-Yves Brélivet

Leurres en exercice, 1998

Jean-Yves Brélivet

Né en 1946 à Brest (Finistère, France)
Vit et travaille à Paris (France) et à Hanvec (Finistère, France)

Jean-Yves Brélivet, Leurres en exercice, 1998, collection Frac Bretagne - Photo : Hervé Beurel

Leurres en exercice, 1998, collection Frac Bretagne © Jean-Yves Brélivet – Photo : Hervé Beurel

Au milieu des années soixante, Jean-Yves Brélivet adopte la sculpture comme mode d’expression privilégié. Il retient tout d’abord, dans la grande tradition des écrivain.es fabulistes, la capacité du monde animal à traduire les maux et travers de l’espèce humaine tout en présentant les animaux comme premières victimes des déséquilibres du monde. Depuis le début des années quatre-vingt, il rassemble ce bestiaire singulier, d’une facture proche du merveilleux, sous le titre générique du Tango des espèces.

Julie Béna

Have you seen Pantopon Rose ? The one-person show, 2017

Julie Béna

Née en 1982 à Paris (France)
Vit et travaille à Pantin (Seine-Saint-Denis, France) et à Prague (République tchèque)

Julie Béna, Have you seen Pantopon Rose ? The one-person show, 2017 (capture) © ADAGP, Paris

Have you seen Pantopon Rose ? The one-person show, 2017 (capture) © ADAGP, Paris 2023

Rose Pantoponne est un personnage évoqué dans les derniers chapitres d’un roman, Le festin Nu de William S. Burroughs à travers les paroles d’un homme divaguant : « z’avez pas vu Rose Pantoponne ? ». Julie Béna réalise une vidéo où cette fameuse Rose se dévoile par des mots, la danse et la musique. Pour ce portrait, l’artiste emprunte les codes de la revue de cabaret, de la performance et de la comédie musicale.

Oliver Laric

Betweeness, 2018

Oliver Laric

Né en 1981 à Innsbruck (Autriche)
Vit et travaille à Berlin (Allemagne)

Oliver Laric, Betweeness, 2018, collection Frac Bretagne - Photo Courtesy Galeria Pedro Cera

Betweenness, 2018 (capture), collection Frac Bretagne © Oliver Laric – Photo : Courtesy Galeria Pedro Cera

Les animations qui composent cette œuvre marquent l’intérêt de l’artiste pour la transformation et la circulation continue des images. Il utilise ici du matériel trouvé, des animations qui transforment en flux continu des animaux, des plantes, des champignons et des figures humanoïdes. Associés à une partition musicale composée par le musicien et producteur Ville Haimala, ces visuels suivent un mouvement et un changement perpétuels, mettant en évidence la constante évolution, reconfiguration, répétition de la Nature

Jean-Yves Brélivet

Hommage aux poissons pierre, 2010-2011

Jean-Yves Brélivet

Né en 1946 à Brest (Finistère, France)
Vit et travaille à Paris (France) et à Hanvec (Finistère, France)

Jean-Yves Brélivet, Hommage aux poissons pierre, 2010-2011, collection Frac Bretagne - Photo : Michael Kern

Hommage aux poissons pierre, 2010-2011, collection Frac Bretagne © Jean-Yves Brélivet – Photo : Michael Kern

Au milieu des années soixante, Jean-Yves Brélivet adopte la sculpture comme mode d’expression privilégié. Il retient tout d’abord, dans la grande tradition des écrivains fabulistes, la capacité du monde animal à traduire les maux et travers de l’espèce humaine tout en présentant les animaux comme premières victimes des déséquilibres du monde. Depuis le début des années quatre-vingt, il rassemble ce bestiaire singulier, d’une facture proche du merveilleux, sous le titre générique du Tango des espèces.

Jacqueline de Jong

Pinball Wizard I et II, 1973

Jacqueline de Jong

Née en 1939 à Hengelo (Pays-Bas)
Vit et travaille à Amsterdam (Pays-Bas).

Jacqueline de Jong, Pinball Wizard II, 1973, collection Frac Bretagne

Jacqueline de Jong, Pinball Wizard II, 1973, collection Frac Bretagne © Jacqueline de Jong

Ces deux sérigraphies sont liées à un très grand intérêt de l’artiste pour la culture pop et en particulier le flipper, ce jeu de forces et de dérive d’une balle, d’intensités fluorescentes. Figure du situationnisme, Jacqueline de Jong a reproduit ici le schéma du flipper figurant au verso des dépliants promotionnels de l’entreprise Bally et y a ajouté des personnages monstrueux dans une composition morcelée.

Eva Taulois

Un tapis en automne, 2017

Eva Taulois

Née en 1982 à Brest (Finistère, France)
Vit et travaille à Nantes (Loire-Atlantique, France)

Eva Taulois, Un tapis en automne, 2017, collection Frac Bretagne © ADAGP, Paris- Photo : Marc Domage

Un tapis en automne, 2017, collection Frac Bretagne © ADAGP, Paris 2023 – Photo : Marc Domage

Le tapis est une surface particulière à peindre, douce et molle, que l’artiste a brossé à l’horizontale. Peindre sur un tapis, c’est regarder vers les arts décoratifs, et c’est aussi une manière de rompre avec le principe qui voudrait qu’un objet, une matière ne corresponde qu’à une seule fonction. La couleur est très présente et les motifs floraux se déploient sur toute la surface. Les fleurs d’Eva Taulois sont proches de l’ornement et s’apparentent plutôt à des tâches lumineuses.