Nathaniel Mellors
08.10.2021 - 02.01.2022
Frac Bretagne, Rennes

Permanent Presents

Le Frac Bretagne réunit pour la première fois l’intégralité de la série de films autour de la figure de l’Homme de Néandertal produite par l’artiste britannique Nathaniel Mellors depuis 2012.

Le premier film intitulé The Sophisticated Neanderthal Interview (2012) met en scène une interview entre un homme «moderne» éthéré (Truson) et un homme de Néandertal apparemment réel. L’homme de Néandertal se révèle être plus intelligent que Truson. Il joue avec lui et ses aspirations au primitivisme. L’interview se déroule dans une version du mythique «Eden» à savoir les grottes historiques de Bronson à Los Angeles (lieu de tournage récurrent des westerns hollywoodiens et de la première série télévisée de Batman). Ce site se présente comme un lieu métaphorique – Eden comme une métaphore du passage d’un mode d’existence humaine durable (chasseur-cueilleur) au Paléolithique supérieur à un mode d’existence néolithique basé sur la connaissance de l’agriculture et la propriété foncière qui est le début de notre système moderne et le moment où nous entrons dans une économie de propriété qui est finalement écologiquement intenable.

Dans Neanderthal Container (2014), Nathaniel Mellors fait réapparaitre ce personnage sous la forme d’un mannequin de Néandertal en chute libre permanente. En plus de filmer la silhouette tombant et rebondissant sur des arbres, des plantes et des bâtiments dans et autour de Los Angeles, l’artiste largue la silhouette de Néandertal depuis un avion au-dessus de la vallée de San Joaquin. Mellors a conçu la figure tombante comme représentant un «extérieur absolu» et ces séquences sont rythmées par des fragments vidéo plus psychédéliques représentant l’intérieur de Néandertal – un décor de cinéma peuplé de quatre versions différentes du personnage de Néandertal qui réfléchissent sur leur condition et leur position «à l’intérieur du Mannequin de cascade de Néandertal… qui est en fait un vaisseau spatial. »

Dans Neanderthal Crucifixion (2021), dernier opus de la trilogie produit par le Frac Bretagne, notamment influencée par la pièce de Jean Cocteau La Voix Humaine, on voit le Néandertalien faire une dépression au téléphone. Peut-être que le personnage est crucifié dans la pièce, comme une sorte de crucifixion à petite échelle.

Comme une sorte d’introduction ou de prequel à cette trilogie, l’exposition au Frac Bretagne prend appui sur la série télévisée Ourhouse (2010- ) qui met en scène la vie de la famille excentrique Maddox-Wilson déstabilisée lorsque sa maison («Ourhouse») est occupée par L’Objet (Brian Catling), que la famille ne reconnaît pas comme un être humain, chacun percevant une forme différente à sa place. L’Objet commence à manger les livres de la famille et en digérer – littéralement – le contenu. Chaque épisode de la série est construit à partir des textes que l’Objet avale, semi-digère et régurgite. Dans Ourhouse Episode -1 (2015-16), présenté dans le cadre de l’exposition au Frac Bretagne, L’Objet avale The Eternal Present – un livre retraçant 35 000 ans d’art rupestre européen.

L’ARTISTE

Nathaniel Mellors (1974, Grande-Bretagne)

Nathaniel Mellors développe un art basé sur la réalisation de films, de l’écriture des scénarios aux tournages au cours desquels il s’entoure d’acteurs comme Patrick Kennedy ou David Birkin. A ces films s’ajoute un travail autour de la sculpture ou encore des photogrammes. Ses œuvres sont pleines d’humour, elles sont irrévérencieuses et absurdes parfois, poétiques souvent mais bien que décalées, elles évoquent les thèmes de la possession, de l’histoire et du pouvoir. En utilisant les techniques de la fiction cinématographique, il insère ses œuvres dans un contexte déterminé et ancre son propos dans une réalité sociale qu’il questionne et analyse. Il s’interroge sur nos goûts, notre morale, nos habitudes et autres idées ancrées dans notre mémoire collective.

Nathaniel Mellors est diplômé du Royal College of Art de Londres en 2001. Son travail a notamment été présenté au Hammer Museum de los Angeles et à la Galerie art : concept, Paris (2014) ; à la 57e Biennale de Venise avec Erkka Nissinen pour le Pavillon Finlandais (2017) ; au New Museum de New-York (2018) ; à The Box, Los Angeles et à la Matt’s Gallery de Londres (2019).


Visuel : Nathaniel Mellors, Neanderthal Container (capture vidéo), 2014