Frac Bretagne – Site du Fonds régional d’art contemporain Bretagne2022-05-16T13:06:26+02:00
 
  • Visuel : Le bal © EESAB – Site de Rennes

Pourvu qu’on ait l’ivresse | Volet 3

Les étudiant.es de l'EESAB - Site de Rennes
30.04 - 18.09.2022
Frac Bretagne, Rennes

 

Pourvu qu’on ait l’ivresse | Volet 3

Pourvu qu’on ait l’ivresse est un projet par des étudiant·es en art, design et design graphique de l’EESAB – Site de Rennes, sous la coordination de leurs enseignant·es Julie Fortier, Hilary Galbreaith, Raphaële Jeune, Luc Larmor, Jean-Simon Roch, Charlotte Vitaioli, en collaboration avec le Frac Bretagne.

Un laboratoire artistique et pédagogique de l’EESAB – Site de Rennes

En 1958, le tout jeune cinéaste Jean-Daniel Pollet plaçait sa caméra au cœur d’un dancing pour y dresser le portrait tendre et drôle d’une humanité en quête d’amour et de plaisir. Cela donnait son premier chef d’œuvre, Pourvu qu’on ait l’ivresse. En 2022, reprenant ce titre, l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne – Site de Rennes s’empare du thème de la fête pour renouer avec ce besoin fondamental de la vie collective. Du bal populaire à la free-party, de la célébration publique au carnaval, du festival à la soirée entre ami.es, la fête est un rituel de débordement et de proximité qui cimente la communauté en modifiant et en intensifiant les relations qui la traversent, mais aussi, souvent, en renversant les valeurs et en transgressant les normes sociales. Si la pandémie ne nous laisse pas encore la liberté de festoyer, les étudiant.es de l’EESAB se proposent de reconquérir ardemment l’esprit de la fête à travers des créations plastiques qui donnent forme à ses excès, ses éclats et ses traces. Vidéos, photographies, sculptures, affiches, peintures, objets et productions radiophoniques trouveront leur place au Frac Bretagne, dans Le Canyon et sur Le Mur du Fonds, au gré de quatre volets consécutifs, entre le 20 janvier et le 18 septembre 2022. 

Volet 3 : Le Bal

« Dans le prisme des médiums dessin et vidéo, les étudiant.es de 2e année, option Design Graphique et Art, de l’EESAB, site de Rennes, ont travaillé tout au long de l’année sur la création d’un bal.Une fête, que l’on aimerait voir se dérouler chaque année telle une exposition à ciel ouvert, ou comme un support de production au langage singulier.

À la lisière des arts appliqués, du spectacle, de l’architecture et des beaux-arts, nous l’envisageons comme un carrefour pluridisciplinaire, une plateforme d’échange. Cette année, nous nous sommes intéressé.es à la danse dans l’histoire des arts plastiques, aux fêtes du Bauhaus* et bien sûr aux bals des Quat’z arts** qui occupent une place privilégiée dans la longue chronique des fêtes parisiennes du XXe siècle. Nous avons suivi les traces de ces manifestations éphémères en étudiant les menus de banquets, les photos de parades, les décors, et plus particulièrement les costumes réalisés par ces avant-gardes.   

Inspirante, Sonia Delaunay dit en 1924 à propos du ballet dadaïste Relâche dont la musique est d’Erik Satie : « Est-il un morceau d’anti-art ? Un anti-ballet ? Il est surtout un hymne à la vie moderne débarrassé des conventions » ; « C’est le bonheur des instants sans réflexion » ajoute Francis Picabia, auteur de cette pièce.

Notre projet est un lieu de recherche pluriel, une matière à penser contre l’ennui et la morosité, une manifestation pour la joie, une promesse pour des jours meilleurs, et enfin un événement visant à réintroduire le bal à l’EESAB. »

Enseignant.es et étudiant.es de 2e art et design graphique de l’EESAB site de Rennes.

Oskar Schlemmer, artiste lié au Bauhaus, avait cette phrase magnifique, « Que la fête soit une nouvelle façon pour l’homme de se projeter dans un avenir positif ».

* Bauhaus : école allemande d’architecture et des arts et métiers ouverte de 1919 à 1933 dont les enseignements faisaient cohabiter les arts plastiques, l’artisanat et l’industrie. Enseignant.es et élèves mettaient l’art au service de la construction d’une société nouvelle, créant des passerelles entre l’art et la vie quotidienne, dont des moments de fête.

** Bals des Quat’z arts : était une grande fête organisée par les étudiant.es de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris qui se déroulait tous les ans de 1892 à 1966. Les participant.es étaient costumé.es, elles et ils faisaient des parades, des danses, un banquet. Cet évènement pouvait être sujet à des polémiques.


Visuel : Pourvu qu’on ait l’ivresse, le bal, salle de la Cité, Rennes, 27 avril 2022 © Maëlle Tiret, EESAB – Site de Rennes

  • Giuseppe Penone, Sentier de charme, 1986 Collection Frac Bretagne © Adagp, Paris 2022 Crédit photographique : Florian Kleinefenn

Sculptures du domaine de Kerguéhennec

14.03- 31.05.2022
Grilles de l'ancien Tribunal, Pontivy

  

En partenariat avec

Logo Région Bretagne

  

Invitation à la découverte du parc de sculptures de Kerguéhennec

Situé à une trentaine de kilomètres de Pontivy, le Domaine de Kerguéhennec est un écrin de nature au service de l’art et de celles et ceux qu’il passionne.

L’histoire de la collection du Frac Bretagne est intimement liée à celle de ce parc de sculptures, qui constitue dès le début des années 1980 un magnifique terrain de jeu pour des artistes de renommée internationale.

Leurs expérimentations sont exemplaires d’une certaine idée de la culture en Bretagne construite sur les dialogues entre patrimoine historique et création contemporaine, entre identité régionale et ouverture vers l’ailleurs.

Jusqu’au 31 mai 2022, la Région Bretagne et le Frac Bretagne proposent, sur les grilles de l’ancien Tribunal de Pontivy, de découvrir certaines œuvres emblématiques du parc pour susciter l’envie de poursuivre l’aventure au Domaine de Kerguéhennec à Bignan.

Les artistes

François Bouillon
Etienne Hajdu
Harald Klingelhöller
Richard Long
Giuseppe Penone
Jean-Pierre Raynaud
Ulrich Rückriem
Keith Sonnier

Plus d’informations sur les sculptures du Domaine de Kerguéhennec


Visuel bandeau : Giuseppe Penone, Sentier de charme, 1986. Collection Frac Bretagne © Adagp, Paris 2022. Crédit photo : Florian Kleinefenn.
Visuels carrousel : Vues de l’exposition. Crédit photo : Région Bretagne.

  • Elsa Tomkowiak, détail Albédo Paysage, 2018. Vue de l 'exposition au Centre d'Art Contemporain de Pontmain. © Adagp, Paris 2022 – Crédit photo : Guillaume Ayer

Festival Air de fête 2022

Elsa Tomkowiak
09.07 - 18.09.2022
Saint-Briac-sur-mer

 

Festival Air de fête 2022

Dans les rues de Saint-Briac cet été, le Frac Bretagne et la commune proposent une nouvelle expérience artistique à ciel ouvert. Dans une dynamique d’immersion toujours renouvelée, le pavoisement de drapeaux s’accompagne de nouvelles surfaces d’affichage mural et plongent l’espace public sous une vague colorée : les rues et ruelles du village accueillent le travail d’Elsa Tomkowiak. Avec rythme, force et volupté, l’artiste s’empare des teintes les plus vives, joue de leurs vibrations et déploie pour les visiteuses et les visiteurs une expérience sensorielle inédite.

L’artiste

Elsa Tomkowiak
Née en 1981, vit et travaille à Douarnenez.

« Dès ses premières années à l’école d’art, Elsa Tomkowiak conçoit la peinture comme un fait spatial. C’est-à-dire comme une pratique dynamique d’expansion de la couleur dans l’espace. La priorité est à la couleur. Aux couleurs, et à leur déploiement. Cette conception ignore d’emblée les frontières entre la peinture et la sculpture, puisque la peinture est, de facto, volume. (…)

Son exploration est un bain de couleurs une immersion dans la composition. On s’y sent happé, attiré, mais libre comme dans une forêt. La peinture nous enveloppe sans nous submerger. Nous pénétrons dans un spectre puissamment articulé, dont les éléments se donnent tour à tour puis se réajustent entre eux. A chaque pas, nous décomposons et recomposons le tableau. Ou plutôt à chaque pas, le tableau se défait et se reforme autour de nous. La peinture respire, vit dans notre mouvement. (…)

La couleur, comme la voix sont indissociablement liées au corps. C’est une pulsion organique, passé un instant par le filtre de la raison et du calcul pour trouver la justesse de sa tessiture et de sa structure. L’énergie ainsi libérée ne conduit pas au chaos. C’est pourquoi le déchaînement coloré des installations d’Elsa Tomkowiak n’est jamais une tempête. C’est une énergie folle insufflée dans une structure audacieusement ordonnée. Festives et méthodiques ses compositions obéissent à des systèmes rigoureux, mais elles ouvrent à des modalités inédites qui maintiennent la pratique de la peinture dans une voie constamment jubilatoire. »

[Expansion de la couleur, Hubert Besacier, 2012 (extraits)]

Découvrez le travail de l’artiste sur ddabretagne.org

Une exposition organisée en partenariat par le Frac Bretagne et la commune de Saint-Briac

Accès gratuit. Dans les rues du centre-bourg


Visuel : Elsa Tomkowiak,  Albédo Paysage (détail), 2018. Exposition au Centre d’art contemporain de Pontmain © Adagp, Paris 2022 – Crédit photo : Guillaume Ayer

Aller en haut