Frac Bretagne – Site du Fonds régional d’art contemporain Bretagne2021-02-17T10:26:43+01:00

ULTRA by TNHCH

Exposition collective
12.02 - 19.09.2021
Frac Bretagne, Rennes

ULTRA by TNHCH

TNHCH (acronyme de The Night He Came Home) est un groupe de rock expérimental né à Rennes en 2013 sous l’impulsion de Corentin Canesson (guitares) et Arthur Beuvier (machines, synthétiseurs).

Au départ davantage concentré sur la création de performances live imaginées dans le cadre de nombreuses manifestations artistiques locales, le duo est rejoint en 2016 par Damien Le Dévédec (basse, chant) et Tim Karbon (batterie, percussions). Ils entament alors l’écriture de leur premier album « Retrospective My Eye » (2017). À la fois un hommage à l’œuvre éponyme de Robert Wyatt et bande-son de l’exposition personnelle de Corentin Canesson au Crédac Centre d’art contemporain d’Ivry-sur-Seine en Janvier 2017, ce premier opus marque la naissance d’un son plus marqué au croisement d’une énergie punk et d’expérimentations électroniques infusées de motifs techno.
À l’été 2019, alors en résidence au centre d’art Lizières fondé par l’artiste pluri-disciplinaire Ramuntcho Matta, le groupe entame l’écriture d’un second album autour des textes du poète et critique d’art Rene Ricard, figure incontournable de l’underground new-yorkais des années 1970. TNHCH est alors renforcé par la présence de Maëla Bescond au chant lead, et leur son commence à osciller progressivement entre un trip-hop sous opioïdes et un post-rock mâtiné de guitares bruitistes et de batteries tribales. À l’issue d’une session intensive d’une semaine de composition et d’enregistrement simultanés, le groupe commence à dessiner les contours du projet « ULTRA », dont l’album est sorti (toujours en indépendant) en Octobre 2020 et dont les pochettes, exposées sur le Mur du Fonds, ont été créées par 30 artistes complices. Chacun·e a été invité·e à réaliser une série de dix œuvres. Au final, trois cents exemplaires témoignent d’un univers graphique fort et montrent à quel point la musique de TNHCH entend garder le lien avec cette formidable scène artistique.

Les artistes

Clémentine Adou
Hélène Baril
Eva Barto
Romane Bourdet
Hugo Capron
Antoine Carbonne
Jean-Damien Charmoille
Mathis Collins, Joël Degbo
Hilary Galbreaith
Muriel Giroux
Charlotte Houette
Hélène Janicot
Ana Jotta
Petr Kirusha
François Lancien-Guilberteau
Bérénice Lefebvre
Renée Levi
Ramuntcho Matta
Jean-François Maurige
Julien Monnerie
Ryu Nishiyama
Marianne Pradier
Jinnie Roche
Lise Stoufflet
Benjamin Swaim
David Tramut
TNHCH
Virginie Vallée
Xiao Wang

Le Mur du Fonds

Dévolu à la présentation d’initiatives éditoriales, le Mur du Fonds fait la part belle à la collection de multiples et livres d’artistes du Frac Bretagne ainsi qu’aux artistes, graphistes, éditeurs et étudiants qui développent une approche originale de l’édition. Très réactive, sa programmation est pensée dans l’échange et en lien avec l’actualité artistique.


Visuel : Le Mur du Fonds, ULTRA by TNHCH © Frac Bretagne. Crédit photographique : Aurélien Mole

En coulisses

Collection
Installation permanente
Frac Bretagne, Rennes

En coulisses

Oui ! Il y a des coulisses au Frac, l’accrochage est surprenant, n’est-ce pas ?

Ces hauteurs, les échos visuels entre les tableaux, les photographies sont en effet étonnants. Peut-être le savez-vous déjà, mais cette collection est la vôtre, enfin, elle est un bien commun qu’une équipe de professionnel.le.s se charge de soigner et de diffuser afin que dans des décennies, on puisse encore la comprendre et l’apprécier.
La collection du Frac Bretagne rassemble des œuvres d’artistes de différentes générations, et de nombreuses scènes locales, régionales et internationales. L’abstraction forme l’un des socles historiques de la collection qui se déploie également autour d’axes thématiques : les œuvres en relation avec la nature, celles qui questionnent le statut de l’image contemporaine, celles qui témoignent de leur époque, ainsi que de grands ensembles monographiques.
Dans cette réserve, les œuvres reprennent leur souffle avant de repartir dans des expositions et des projets participatifs, les Frac sont en effet les collections publiques les plus diffusées de France. Ce principe de mobilité définit ces institutions comme d’indispensables acteurs d’une politique d’aménagement du territoire visant à réduire les disparités géographiques et sociales dans l’accès à la culture et ainsi à faciliter la découverte de l’art contemporain par les publics les plus diversifiés.
Pour vous, le Frac a préparé des voix à écouter, celles d’une hôtesse de bord improbable, fine connaisseuse des problématiques de conservation, de témoins racontant leurs souvenirs des œuvres que vous pouvez apercevoir, de régisseurs connaissant la collection mieux que personne, d’œuvres qui se parlent entre-elles… et enfin, celles du public avec lequel le Frac monte de nombreux projets dans toute la région et qui les ont accueillies dans leur structure, établissement, entreprise.

Venir au Frac Bretagne

Visuel : Vue de la galerie Nord, 2021, Frac Bretagne, Rennes. Crédit photo : Frac Bretagne

Le Pédilove

Anaïs Touchot
Installation permanente
Frac Bretagne, Rennes

Le Pédilove

Vous connaissez les pédiluves, ces petits bassins où l’on hésite à se tremper les pieds ? Mais connaissez-vous les « love room », et les « love hôtels » ?

Le Pédilove est un peu des deux et d’autres choses aussi : le bar à siestes, le salon zen, l’espace collectif d’un foyer, la maison peuplée de meubles et d’objets récupérés, le chantier de construction…

Cette installation d’Anaïs Touchot (née en 1987 à Dinan), située dans le Canyon du Frac Bretagne, est maintenant le lieu où le public est invité à chiller, lire, écouter, griffonner, se cacher, discuter… au milieu des barricades/palissades et des tatamis et avec la complicité du service des publics du Frac, qui a imaginé des dispositifs interactifs pour l’occasion. Le Pédilove propose un espace de flânerie, incite les corps à adopter une attitude un peu molle, d’attente, de lascivité. Des paroles peintes sur des tissus, des tables, des pancartes, jouent avec des expressions tirées de tutoriels d’hypnose, de méditation, de coaching et ajoutent une strate « fortune cookies » (biscuit chinois) à cet environnement artificiel.

En inventant un lieu empruntant aux codes de multiples lieux, Anaïs Touchot poursuit son travail de « bâtisseuse » ou de « démolisseuse » d’espaces partagés, revendiquant une place importante au temps de production des formes où elle détourne la massivité des matériaux de tout effet de solennité. Un esprit de dérision plane d’ailleurs dans les titres de ses dernières œuvres : « J’y laisserai ma vieille peau », « Gloire Boueuse », « Perdue Chatte », « Travailleur de beauté ». Ces installations font intervenir les slogans et les phrases à la mode, comme une manière de s’ancrer dans une banalité partagée, qui nivelle les hiérarchies, qui rapproche l’art du salon de beauté, du match de football, du bar à chats. « Relaxez-vous tout ira bien ».

Le Canyon

L’espace dit du « puits de lumière » s’est transformé en 2019 en « canyon », espace hybride entre plateforme d’expérimentation artistique et espace pédagogique. Il est habité par l’installation praticable « le Pédilove » d’Anaïs Touchot. C’est un lieu convivial et modulable qui favorise le débat et l’expérience collective comme individuelle – il est équipé de tables, d’assises, de ressources documentaires, etc.

Venir au Frac Bretagne

Visuel : Vue du Pédilove, Anaïs Touchot , 2019, Frac Bretagne, Rennes. Crédit photo : Marc Domage

Go to Top