Julien Duporté
08.06.-01.07.2021
Cité scolaire Beaumont, Redon

 

 

Retour sur le projet EAC Regards sur l’architecture#2

Le projet EAC Regards sur l’architecture # 2 a été pensé comme une suite à l’exposition Regards sur l’architecture qui s’est déroulée à la cité scolaire Beaumont, du 9 janvier au 12 février 2020. Il s’inscrit également dans la continuité de l’action menée avec l’artiste Marine Bouilloud en 2017 qui a permis d’élaborer une œuvre participative avec des petits groupes de collégien.nes et de lycéen.nes sous le préau du collège (peinture sur les nombreux poteaux qui jalonnent le lieu, travail sur l’impact visuel de la couleur).

Pour ce nouveau projet, l’artiste Julien Duporté a été invité à poursuivre cette initiative collective, en intervenant lors d’ateliers pensés comme de véritables « chantiers » in situ co-construits avec les élèves. Une réflexion sur plusieurs espaces de circulation du collège (escalier, préau, cour, passages…) a été menée d’un point de vue artistique et social.

Une exposition

En amont du projet, une exposition des œuvres de la collection du Frac Bretagne et du Fdac d’Ille-et-Vilaine sur le thème de l’architecture a été proposée du 7 janvier au 16 février 2021 dans trois espaces distincts de la cité scolaire Beaumont, sur le principe d’un choix d’œuvres élaboré conjointement avec l’enseignante d’arts plastiques référente et les enseignant.es d’art appliqué.

Les ateliers « chantiers »

“Pour cette intervention à la cité scolaire, j’ai imaginé un projet simple et ludique, à partir de la forme du confetti qui se déploie dans l’espace en une multitude de couleurs de façon aléatoire, voire chaotique. Néanmoins, beaucoup d’harmonie se dégage en général de cette accumulation de pastilles colorées. J’ai souhaité conserver le côté hasardeux du lancer de confettis, tout en travaillant avec les élèves à l’esprit de composition et d’agencement des formes dans l’espace architectural de la cité scolaire.
Aussi, le confetti évoque la fête, le vivre ensemble dans la joie, le lâcher prise. Cette période que nous traversons est compliquée, voire douloureuse pour beaucoup d’entre nous. Ici, les formes peintes se côtoient, se superposent ; libres, elles font fi de toute distanciation sociale.”

Julien Duporté, juin 2021

Après la présentation de son travail auprès des élèves, l’artiste a étudié avec chacun des groupes les différents espaces exploitables pour le projet.
Les élèves ont été invité.es à prendre ces espaces en photographie et à tester des compositions par le dessin, le découpage ou à l’aide d’un logiciel de DAO. Les projets ont ensuite été discutés et validés collectivement, notamment le choix des couleurs pour un rendu pop.

Lors des rencontres en classe entière, les élèves ont découvert le travail de l’artiste (présentation de son parcours et de sa pratique professionnelle) et ont participé à l’élaboration du chantier (travail de croquis sur photos, dessin sur tirages photocopiés de la cour).
Les « ateliers chantiers » ont quant à eux été réalisés avec des groupes en demi classe, encadrés par l’artiste et l’enseignante d’arts plastiques. Des chantiers participatifs ont également été proposés à des élèves volontaires (en permanence) avec des groupes n’excédant pas 8 élèves, encadré.es par l’artiste uniquement.

La forme des confettis, leur découpe, qu’elle soit parfaitement ronde, tronquée ou étoilée, a également été étudiée, choisie, puis agrandie proportionnellement. Chaque confetti a nécessité une grande rigueur de réalisation et de tracé avant d’être découpé dans du papier calque.

Les élèves ont ensuite été invité.es à réaliser leurs esquisses in situ en traçant au sol les contours de leurs confettis agrandis. Ils ont joué sur la superposition des différentes formes, sur leur accumulation et leur répartition dans les zones de rassemblement (préau) ou de passage (escaliers, chemins…).

JULIEN DUPORTE

Né en 1983, vit et travaille à Rennes.

Julien Duporté développe une pratique combinatoire mêlant le dessin, la peinture, l’image imprimée et la performance, dont la source se trouve dans son environnement proche :“De l’art à la pop culture, de la cuisine au cinéma, de la littérature à la marche à pied, je ne fais que puiser autour de moi pour restituer à ma sauce”.
Ses productions semblent toutes porter en elles une confrontation à l’absurde, une ironie qui invite à la réflexion et à la remise en question. Il recherche inlassablement un résultat généré par la contrainte. L’utilisation d’un medium ne l’intéresse que lorsqu’il sonne juste, ou volontairement faux. L’outil n’est efficace que lorsqu’il permet de jouer avec ses propres codes mais surtout lorsqu’il joue avec ceux dont il ne dépend pas.
Les enjeux de sa pratique se trouvent dans une réinvention de ces codes et statuts, grâce à l’histoire (la petite comme la grande), son iconographie, sa philosophie et son anecdote.

 
Chargement…
 

Crédit photo pour toutes les images : Sandrine Cabon.